En instant...

Texte emblématique de Victor Jara pour le peuple chilien

Cette émission aborde brièvement quelques situations de répression sévère de la liberté d’expression, mais le tout accompagné de musique diversifiée !

  • « Miss Turquie » arrêtée pour avoir partagé un poème humoristique critiquant le président Erdogan.  Le poème provient d’un journal humoristique turc.  Devant le tribunal, elle auraît déclaré: « J’ai peut-être partagé un poème ».*
  • La situation en Espagne où ont eu lieu des manifestations réellement populaires contre des mesures d’austérité extrême et contre les nouvelles lois fascistes et la répression policière;*
  • Des enfants d’une école primaire au Kenya sont réprimés à coup de gaz lacrymogènes pour avoir résister à la saisie illégale de leur terrain de soccer… et gagnent !*

[autres formats ici]
* Le contenu (texte) et les liens sont ci-dessous

Musique

Contenu

Turquie

« J’ai peut-être cité un poème »

L’ancienne Miss Turquie (Merve Buyuksarac, 26 ans, Miss en 2006) —vous savez de quoi je parle par Miss Turquie, le concours de beauté superficielle— a été arrêtée pour avoir simplement partagé un poème humoristique qui critiquait le président de la Turquie, c’est-à-dire M. Erdogan.

Le poème qu’elle a partagé provient d’un magasine humoristique turc et il reprend des bouts de l’hymne national de la Turquie.

Le gouvernement du président Erdogan a mené plusieurs actions d’intimidation contre les médias récemment pour s’assurer qu’ils ne publient rien de Charlie Hebdo. Pourtant, ce gouvernement est censé être laïque.

Bon, l’important dans tout ça, c’est de remarquer qu’une personne aucunement politisée qui a partagé un poème humoristique a été accusé du « crime grave » d’insulte au président. Imaginez le climat de peur pour les autres personnes qui critiquent vraiment !

La demoiselle a pourtant effacé son message pas longtemps après quand une amie lui a rappelé que c’était dangereux. Devant le tribunal, elle aurait déclaré timidement —et j’aime bien sa phrase, « J’ai peut-être cité un poème ».

http://nypost.com/2015/01/21/former-miss-turkey-arrested-for-criticizing-president-erdogan/

Le 15 janvier dernier, le Parlement européen a condamné les «descentes policières» et les arrestations de journalistes en Turquie …

Dans une résolution adoptée à Strasbourg, les députés européens se déclarent «préoccupés» par le «recul de la tolérance du gouvernement pour les manifestations publiques et les médias critiques, y compris les réseaux sociaux».

 

Espagne & Catalogne

La transition démocratique …

Cette dernière année en Espagne, en particulier en octobre 2014, il y a de nombreuses manifestations populaires … réprimées violemment. Les gens refusent à la fois des mesures d’austérité extrême —on parle d’environ 50 milliards de dollars en coupure dans les services sociaux comme la santé et l’éducation, mais elles luttent aussi contre de nouvelles lois qui interdisent plusieurs libertés démocratiques. Visiblement, les médias de masse en Amérique du Nord n’ont pas trop couvert la situation. Même maintenant en 2015, la police continue de chercher des prétextes pour arrêter divers groupes.

Il y a eu de nombreuses manifestations populaires en 2014, c’est-à-dire par des gens avec leur famille, dont des personnes âgées et retraitées qui ont le courage d’affronter la répression policière qui règne en Espagne depuis que le gouvernement a adopté les lois qui interdisent toute manifestation non autorisée. Seules les manifestations permises par l’État sont dites légales, sous peine d’amendes énormes de 30,000 à 60,000 Euros, dont pour le simple fait de photographier la police en action.

Un des conflits récents qui a galvanisé le peuple a débuté dans le quartier El Gamonal parce que la mairie a interdit aux habitants de se stationner et les oblige à louer un espace de stationnement pendant 40 années. La population, surtout les personnes âgées, ont décidé de refuser collectivement, mais il faut dire qu’il s’ajoute à cela le sentiment qu’il est nécessaire de manifester contre la dérive fascisante du régime espagnol.

Les manifestations se sont alors multipliées ensuite à travers le pays, dont à Madrid, avec les pompiers qui appuient les gens et les pompiers étaient eux aussi attaqués, même lorsqu’ils étaient en service.

Dans un vidéo très clair sur YouTube, on voit la police à Madrid charger et attaquer tout le monde sur les rues, c’est-à-dire sur les trottoirs, etc. On parle ici de gens ordinaires, qui souvent tentent de manifester tout en évitant les coups de matraque. Sur les vidéos, on entend même certains policiers avertir les autres qu’il faut frapper les gens seulement quand il n’y a pas de caméras.

Malgré une semaine de répression violente en octobre 2014, les gens se sont rassemblés devant le parlement. Vers la fin de la journée, quand il y avait un peu de moins de gens, la police a attaqué les gens, dont les médias. La police a alors pourchassé les gens à travers des rues de la ville et défonçait même des portes. Je rappelle qu’on ne parle pas ici de casseurs, mais de simples manifestations avec d’honnêtes citoyens. Dans les vidéos, on voit même des pacifistes, qui tentaient de calmer la situation, qui sont aussi attaqués par la police.

Dans certains cas, les gens ont riposté en attaquant une station de police. On peut dire que cela ressemblait à un début de guerre civile contre des forces policières qui servent un régime fasciste. Avec la complicité, il faut le dire, d’un bon nombre de médias de masse.

Rappel historique : le régime fasciste de Franco a duré jusque dans les années 70. Les 1ère élections libres ont eu lieu en 1977 ! Sauf que la transition de la dictature à une démocratie n’a pas été facile, surtout avec une dette énorme envers les banques allemandes.

Le gouvernement a mis en place des réductions de taxes et d’impôts importantes pour faire plaisir à la classe dominante, plus riche, mais cela a mis le pays dans le pétrin. C’est dans ce contexte que, ces dernières années, on a vu naître un grand mouvement appelé les Indignés, puis le nouveau parti politique nommé Podemos —signifie «Nous pouvons». Ces mouvements sont maintenant très populaires et proposent une démocratie participative et davantage au service des gens au bas de l’échelle sociale.

On souhaite aux gens en Espagne de continuer leur transition démocratique.

– Michaël Lessard Marcon

Kenya

Occupy Playground ou Occupons le terrain de jeu au Kenya

L’histoire a surtout attiré l’attention parce que la police a lancé des gaz lacrymogènes sur un rassemblement d’enfants d’une école primaire. Ce qui a évidemment scandalisé les gens au Kenya qui, dans leurs réseaux sociaux, ont surnommé le cas OccupyPlayground.

C’est le journaliste Gregory Warner du média radiophonique NPR qui nous a publié cette nouvelle le 22 janvier, donc il y a deux jours.

C’est un terrain public utilisé pour jouer au soccer par une école primaire, à Nairobi au Kenya, mais, à leur grande surprise, du jour au lendemain, un investisseur privé a décidé de s’approprier le terrain et a fait ériger une clôture. C’était en fait une saisie illégale et, selon le journaliste, cela arrive souvent au Kenya, mais bizarrement surtout la police réprime les citoyens et citoyennes qui tentent de bloquer ces saisies pourtant illégales de terrains publics.

Sauf que cette fois-ci, les manifestants étaient des gamins de 8 ans ! Lundi dernier, les enfants ont décidé de jeter la clôture à terre et c’est là que des policiers en habit antiémeute sont apparus et ont tiré des gaz lacrymogènes sur les enfants.

Vous vous demandez peut-être pourquoi je dis que c’est une histoire positive… Bien le président du Kenya a dénoncé la situation, a renvoyé l’officier de police responsable et, surtout, le ministre de l’Intérieur s’est rendu lui-même à l’école pour s’excuser. Le gouvernement dit ne pas savoir qui est l’homme d’affaires qui a tenté de saisir le terrain, mais des travailleurs publics sont venus pour réparer le terrain et les enfants ont repris leurs matchs de soccer.

L’économie du Kenya connait une croissance rapide et les terrains valent cher. Dans ce contexte, ce sont des enfants qui ont donné l’exemple de la résistance légitime contre des prédateurs.

Adaptation libre (Michaël Lessard) de: http://www.npr.org/blogs/goatsandsoda/2015/01/22/378873364/police-fire-tear-gas-on-kenyan-kids-protecting-a-soccer-field

L’équipe

Émission produite, animée et mise en ondes par Michaël Lessard Marcon.

Pour certaines des trouvailles musicales, merci à Marie-Christine Aubin-Côté («Mardi Gras»), Julien Bechereau («Cheveux long et idées courtes», «Breizhistañs») et David-Maxime Samson («The Fatal Gift»).

Ce fut une émission plus musicale que les autres.  En effet, en 2015, la moitié de nos émissions seront chargées en contenu et l’autre moitié auront un peu moins de contenu et plus de musique.  Cela permet à l’équipe bénévole d’avoir plus de temps pour préparer certaines émissions.

Advertisements